INFORMATIONS PRATIQUES

 

 

La Chartreuse de Neuville est ouverte :

Toute l'année pour les groupes (sur réservation)

Du 4 avril 2017 au 5 novembre 2016 pour les individuels

 

Horaires d'ouverture :

  • de 11h à 18h (fermé entre 13h et 14h)
  • fermé le lundi

 

L'accès au monastère uniquement en visite guidée.

La visite des jardins et de l'exposition est libre.

Horaire des visites guidées (durée 1h, sans jardins et expo en visite libre) :

En semaine, période hors vacances scolaires (nationales) : 11h et 15h

En semaine l'été (7 juillet - 3 septembre) et tous les week-ends : 11h, 14h30, 15h30 et 16h30

 

Tarifs :

  • Visites guidées du monastère (expo et jardins inclus) : 10 €
  • Jardins et exposition (visite libre) : 3 €

 

Tarifs réduits (P.M.R, demandeurs d'emploi, étudiants, 8 - 14 ans, Pass Monuments, Gratuit pour les moins de 8 ans)

  • Visites guidées du monastère (expo et jardins inclus) : 5 €
  • Jardins et exposition (visite libre) : 2 €

 

Renseignements pratiques :

  • La Chartreuse de Neuville
    1 allée de la Chartreuse - 62170 - NEUVILLE SOUS MONTREUIL
  • Téléphone : 03.21.06.56.97
  • Mail : association@lachartreusedeneuville.org

 

 

 

 

 

 

 

Du Moyen-Age au XIXème siècle

Fondée au XIVème siècle par le comte de Boulogne, la Chartreuse de Neuville se dresse dans la vallée de la Canche, à l’écart de Montreuil, cité proche de la Côte d’Opale.

Son ordonnancement répond au schéma imaginé par Bruno de Cologne, fondateur de l’ordre des Chartreux au XIème siècle : concilier deux espaces de vie, celui des Pères, aire de silence, de solitude et de prière ordonnée autour d’un cloître, et celui des Frères, à l’avant du monastère, qui prennent en charge les tâches matérielles. Entre les deux se situent les parties communautaires : église, réfectoire, salle du chapitre, bibliothèque…

Plusieurs fois dévastée, puis reconstruite au cours des siècles, la Chartreuse est vendue comme bien national en 1789. Utilisé comme carrière, le monastère disparaît quasiment jusqu’à ce que l’Ordre des Chartreux rachète le terrain en 1870 et confie la reconstruction à l’architecte Clovis Normand.

 

Du monastère à l’Hospice-asile

En 1905, la communauté est obligée de quitter les lieux lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Elle se réfugiera en Angleterre, dans la Chartreuse de Parkminster, dessinée par le même architecte.

 

À la demande de Clémenceau, la Chartreuse sera vouée à des œuvres d’intérêt général ; elle deviendra non seulement un hôpital, mais aussi un sanatorium, un lieu de villégiature ouvrière, une colonie de vacances et une résidence d’été pour artistes et écrivains. Un phalanstère “d’art social” y sera créé sous la présidence d’Anatole France et l’on pourra y croiser Jules Renard, Paul Fort ou Guillaume Apollinaire.

 

En 1915, le site est mis à la disposition des autorités sanitaires belges pour y soigner les soldats. Il accueille ensuite un hôpital espagnol pendant quelques années avant d’héberger civils et militaires durant la seconde guerre mondiale, ainsi qu’une antenne de l’assistance publique.

 

Transformé en hospice-asile en 1947, propriété du Centre hospitalier de l’arrondissement de Montreuil (CHAM), il abritera jusqu’à 700 résidents : handicapés physiques et mentaux, personnes âgées et enfants restant de l’assistance, qui y vivront plus de 50 ans.

 

La majorité du personnel vivait en famille dans les ermitages, à côté des malades. Ces derniers, en fonction de leur capacité, exerçaient une activité qui était rémunérée. Cette communauté de vie atypique et solidaire a permis à l’hospice de fonctionner malgré un personnel insuffisant jusqu’à la fermeture de l’hospice en 1997.

 

Occupée pendant quatre ans par la Congrégation des petites sœurs de Bethléem, la Chartreuse est définitivement abandonnée en 2004.

 

Elle est reprise en 2008 par des hommes et des femmes passionnés qui créent l’association de la Chartreuse de Neuville pour élaborer son projet de renaissance à la modernité et lui donner sa vocation au service de l’Homme et de la Société.

 

 

 

 

LES JARDINS

 

Situés en contrebas de la cour d’honneur, les jardins restructurés dès 2011 ont réellement pris leur essor au printemps 2013. Depuis, ils s’étendent le long des ermitages côté sud et proposent maintenant un parcours de découverte à la fois végétale et architecturale sur 7000 m2 environ.

Chaque parcelle y a sa raison d’être parce qu’elle raconte l’histoire des lieux tout en s’inscrivant dans l’époque actuelle :

  • la parcelle médicinale et aromatique évoque le rôle soignant des frères Chartreux dans le monastère et également auprès de la population locale. Aujourd'hui, chacune des 60 plantes médicinales y est nommée et expliquée pour assurer la transmission des connaissances en phytothérapie.
  • le potager rappelle que le monastère assurait l’autonomie alimentaire de la communauté et aussi que la culture de la terre représentait, pour les patients de l’hôpital, une activité saine et utile. Chaque légume, qu’il soit ancien, nouveau, rare ou surprenant, y est maintenant détaillé dans ses aspects diététiques.
  • les 54 carrés pédagogiques permettent de recevoir des élèves de 4 ans à 20 ans qui s’exercent aux techniques jardinières tout en découvrant la biodiversité. La transmission des connaissances était, grâce à l’imprimerie, une activité privilégiée à la Chartreuse du temps des moines.
  • si le cloître végétal évoque pour certains le foisonnement et la profusion de l’Eden, d’autres s’y sentiront protégés de l’agitation du monde, ou partie prenante d’une nature riche et généreuse pourvu qu’on la respecte. De multiples fleurs vivaces ou annuelles, grimpantes ou non, y sont associées à la culture de 24 pieds de houblon (24 pères chartreux), parce qu’il est prévu de brasser une bière de la Chartreuse de Neuville.
  • L’espace nature est vaste : il permet au visiteur curieux  d’arpenter en toute liberté un parcours pour comprendre les ermitages vus de l’extérieur. Quelques fruitiers rappellent le verger ancien. Les buttes de compostage systématique de tous nos déchets végétaux permettent la culture  in situ de légumes gourmands... et peut-être l’obtention du plus gros potiron de la région ?

 

Récolte de graines de végétaux non hybrides, recyclage, produits naturels de soins, rotation des cultures, entretien de la biodiversité constituent un cercle vertueux nous permettant de mener nos cultures sans apports de produits chimiques. Nos techniques jardinières sont expliquées sur affichettes pédagogiques à chaque niveau, ce qui encourage les amateurs à engager le dialogue avec les jardiniers, salariés et bénévoles, qui travaillent ensemble par tous temps et seront heureux de répondre à vos questions !

 

Les excédents des cultures sont vendus sur demande : légumes, plants et graines,  au fur et à mesure de la production, ce qui permet d’enrichir les collections.

00:00
00:00

La Chartreuse de Neuville

1 allée de la Chartreuse

62170 - Neuville-sous-Montreuil

03.21.06.56.97

association@lachartreusedeneuville.org

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES

 

 

La Chartreuse de Neuville est ouverte :

Toute l'année pour les groupes (sur réservation)

Du 4 avril 2017 au 5 novembre 2016 pour les individuels

 

Horaires d'ouverture :

  • de 11h à 18h (fermé entre 13h et 14h)
  • fermé le lundi

 

L'accès au monastère uniquement en visite guidée.

La visite des jardins et de l'exposition est libre.

Horaire des visites guidées (durée 1h, sans jardins et expo en visite libre) :

En semaine, période hors vacances scolaires (nationales) : 11h et 15h

En semaine l'été (7 juillet - 3 septembre) et tous les week-ends : 11h, 14h30, 15h30 et 16h30

 

Tarifs :

  • Visites guidées du monastère (expo et jardins inclus) : 10 €
  • Jardins et exposition (visite libre) : 3 €

 

Tarifs réduits (P.M.R, demandeurs d'emploi, étudiants, 8 - 14 ans, Pass Monuments, Gratuit pour les moins de 8 ans)

  • Visites guidées du monastère (expo et jardins inclus) : 5 €
  • Jardins et exposition (visite libre) : 2 €

 

Renseignements pratiques :

  • La Chartreuse de Neuville
    1 allée de la Chartreuse - 62170 - NEUVILLE SOUS MONTREUIL
  • Téléphone : 03.21.06.56.97
  • Mail : association@lachartreusedeneuville.org

 

 

 

 

 

 

 

Du Moyen-Age au XIXème siècle

Fondée au XIVème siècle par le comte de Boulogne, la Chartreuse de Neuville se dresse dans la vallée de la Canche, à l’écart de Montreuil, cité proche de la Côte d’Opale.

Son ordonnancement répond au schéma imaginé par Bruno de Cologne, fondateur de l’ordre des Chartreux au XIème siècle : concilier deux espaces de vie, celui des Pères, aire de silence, de solitude et de prière ordonnée autour d’un cloître, et celui des Frères, à l’avant du monastère, qui prennent en charge les tâches matérielles. Entre les deux se situent les parties communautaires : église, réfectoire, salle du chapitre, bibliothèque…

Plusieurs fois dévastée, puis reconstruite au cours des siècles, la Chartreuse est vendue comme bien national en 1789. Utilisé comme carrière, le monastère disparaît quasiment jusqu’à ce que l’Ordre des Chartreux rachète le terrain en 1870 et confie la reconstruction à l’architecte Clovis Normand.

 

Du monastère à l’Hospice-asile

En 1905, la communauté est obligée de quitter les lieux lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Elle se réfugiera en Angleterre, dans la Chartreuse de Parkminster, dessinée par le même architecte.

 

À la demande de Clémenceau, la Chartreuse sera vouée à des œuvres d’intérêt général ; elle deviendra non seulement un hôpital, mais aussi un sanatorium, un lieu de villégiature ouvrière, une colonie de vacances et une résidence d’été pour artistes et écrivains. Un phalanstère “d’art social” y sera créé sous la présidence d’Anatole France et l’on pourra y croiser Jules Renard, Paul Fort ou Guillaume Apollinaire.

 

En 1915, le site est mis à la disposition des autorités sanitaires belges pour y soigner les soldats. Il accueille ensuite un hôpital espagnol pendant quelques années avant d’héberger civils et militaires durant la seconde guerre mondiale, ainsi qu’une antenne de l’assistance publique.

 

Transformé en hospice-asile en 1947, propriété du Centre hospitalier de l’arrondissement de Montreuil (CHAM), il abritera jusqu’à 700 résidents : handicapés physiques et mentaux, personnes âgées et enfants restant de l’assistance, qui y vivront plus de 50 ans.

 

La majorité du personnel vivait en famille dans les ermitages, à côté des malades. Ces derniers, en fonction de leur capacité, exerçaient une activité qui était rémunérée. Cette communauté de vie atypique et solidaire a permis à l’hospice de fonctionner malgré un personnel insuffisant jusqu’à la fermeture de l’hospice en 1997.

 

Occupée pendant quatre ans par la Congrégation des petites sœurs de Bethléem, la Chartreuse est définitivement abandonnée en 2004.

 

Elle est reprise en 2008 par des hommes et des femmes passionnés qui créent l’association de la Chartreuse de Neuville pour élaborer son projet de renaissance à la modernité et lui donner sa vocation au service de l’Homme et de la Société.

 

 

 

 

LES JARDINS

 

Situés en contrebas de la cour d’honneur, les jardins restructurés dès 2011 ont réellement pris leur essor au printemps 2013. Depuis, ils s’étendent le long des ermitages côté sud et proposent maintenant un parcours de découverte à la fois végétale et architecturale sur 7000 m2 environ.

Chaque parcelle y a sa raison d’être parce qu’elle raconte l’histoire des lieux tout en s’inscrivant dans l’époque actuelle :

  • la parcelle médicinale et aromatique évoque le rôle soignant des frères Chartreux dans le monastère et également auprès de la population locale. Aujourd'hui, chacune des 60 plantes médicinales y est nommée et expliquée pour assurer la transmission des connaissances en phytothérapie.
  • le potager rappelle que le monastère assurait l’autonomie alimentaire de la communauté et aussi que la culture de la terre représentait, pour les patients de l’hôpital, une activité saine et utile. Chaque légume, qu’il soit ancien, nouveau, rare ou surprenant, y est maintenant détaillé dans ses aspects diététiques.
  • les 54 carrés pédagogiques permettent de recevoir des élèves de 4 ans à 20 ans qui s’exercent aux techniques jardinières tout en découvrant la biodiversité. La transmission des connaissances était, grâce à l’imprimerie, une activité privilégiée à la Chartreuse du temps des moines.
  • si le cloître végétal évoque pour certains le foisonnement et la profusion de l’Eden, d’autres s’y sentiront protégés de l’agitation du monde, ou partie prenante d’une nature riche et généreuse pourvu qu’on la respecte. De multiples fleurs vivaces ou annuelles, grimpantes ou non, y sont associées à la culture de 24 pieds de houblon (24 pères chartreux), parce qu’il est prévu de brasser une bière de la Chartreuse de Neuville.
  • L’espace nature est vaste : il permet au visiteur curieux  d’arpenter en toute liberté un parcours pour comprendre les ermitages vus de l’extérieur. Quelques fruitiers rappellent le verger ancien. Les buttes de compostage systématique de tous nos déchets végétaux permettent la culture  in situ de légumes gourmands... et peut-être l’obtention du plus gros potiron de la région ?

 

Récolte de graines de végétaux non hybrides, recyclage, produits naturels de soins, rotation des cultures, entretien de la biodiversité constituent un cercle vertueux nous permettant de mener nos cultures sans apports de produits chimiques. Nos techniques jardinières sont expliquées sur affichettes pédagogiques à chaque niveau, ce qui encourage les amateurs à engager le dialogue avec les jardiniers, salariés et bénévoles, qui travaillent ensemble par tous temps et seront heureux de répondre à vos questions !

 

Les excédents des cultures sont vendus sur demande : légumes, plants et graines,  au fur et à mesure de la production, ce qui permet d’enrichir les collections.